Jeune femme aux yeux clos de Camille Claudel
© ADAGP

Jeune fille à la gerbe
ou Jeune fille assise
(1887)

La datation de cette figure a été très justement réta­blie par R.-M. Paris et A. de La Chapelle au regard d'une photographie de l'atelier de Jessie Lipscomb qui prouve que le modelage en terre existait à la fin de l'année 1887. Cette statuette est donc bien anté­rieure à ses échos dans l'œuvre de Rodin, notamment la Galatée en marbre et Le Frère et la Sœur qui sont datés de 1889 et 1890. Néanmoins, elle semble bien participer de l'élaboration de la Porte de l'Enfer à laquelle Camille Claudel travaille alors avec Rodin depuis 1885, date de la Cybèle de ce dernier. La terre cuite provenant des collections du peintre Léon Lhermitte avec qui Camille Claudel fut assez liée (cf. n° 32) est indiscutablement une œuvre auto­graphe mais elle échappe néanmoins à ce que l'on peut appeler le vocabulaire claudélien et tout parti­culièrement au souci du modelé lisse et rond, absent du visage de cette Jeune fille dont les pommettes hautes et le menton pointu appartiennent davantage à l'art de Rodin. Il est évidemment impossible de dégager avec précision le rôle de chacun des artistes dans l'élaboration de la figure. A cette époque de parfaite intimité et d'harmonie entre le maître et l'élève, Camille Claudel était totalement intégrée dans l'ate­lier de Rodin et, plus que d'autres collaborateurs sans doute, associée à son travail.

 

En savoir plus > NOTICE

 

Crédits